Chauve qui peut !

Chauve qui peut !

Chauve qui peut !

 

Dans une petite ville de l’Indiana, Tom, un garçon de 15 ans, fut atteint d’une tumeur au cerveau. La chimiothérapie lui fit perdre tous ses cheveux, et il craignait beaucoup de revenir au lycée, chauve.

Il imaginait déjà le regard des autres, les filles qui le montraient du doigt, les moqueries.

Ses parents l’accompagnèrent jusqu’au lycée, en voiture. En s’approchant, il vit un de ses copains qui arrivait, lui aussi… chauve. Puis un autre et encore un autre.

En arrivant au lycée, il finit par comprendre : tous les élèves de sa classe s’étaient fait tondre.

D’un coup, l’appréhension, la honte, la peur s’envolèrent comme par enchantement. Des larmes de joie et de bonheur lui vinrent aux yeux.

Cette histoire est vraie. Qu’est-ce que je vais faire aujourd’hui pour donner du bonheur à une autre personne ? Les camarades de Tom lui ont fait un cadeau qui valait bien plus que tous les « cadeaux » habituels possibles. Pourquoi ? Parce que la gêne et la honte sont des émotions très lourdes à porter. Et que plus le poids est lourd, plus il est agréable d’en être soulagé.

Mais ce cadeau demandait une qualité rare : la faculté de se mettre à la place de l’autre (l’empathie). Cela demande, comme le dit un dicton indien, de « mettre les mocassins de l’autre », de s’imaginer ce qui lui ferait plaisir.

Chauve qui peut ! Réagissez à l’histoire de Tom.

Jean-Pierre Pirson (d’après www.club positif.com)

Laisser un commentaire

neuf + 2 =

Fermer le menu