ÊTRE ET AVOIR

Je viens d’acquérir un DVD, édité et diffusé par MAÏA FILMS, réalisé par Nicolas PHILIBERT, Sélection officielle CANNES 2002, présenté hors compétition. Ce film m’a bouleversé. On rit, on s’émeut, on apprend beaucoup !

Il met en scène une classe unique, au cœur du Massif Central, en Auvergne. Les premières images balaient des paysages du plein hiver, le vent souffle, les sapins sont chahutés dans le vent, la tempête est proche. Un car scolaire circule sur les routes étroites pour prendre les élèves devant leur maison.

La séquence suivante, permet de découvrir la façade de l’école. A l’intérieur, le maître prépare les cahiers.  Les élèves pénètrent dans la classe, le plus jeune à 4 ans et le plus âgé, douze. Classe unique.

Les élèves sont accueillis par un instituteur qui manifeste d’emblée de la patience, il connait ses élèves et leur famille. Dehors, il fait très froid. Au-dedans, il fait bien chaud. La tendresse de ce maître d’école accueille chacun de ses élèves issus du milieu agricole selon ses besoins et ses attentes.

Le maître exige beaucoup de ses élèves, mais il donne aussi beaucoup. Dans cette classe unique, la solidarité entre tous est indispensable. Les plus grands aident le maître et s’occupent des plus petits. C’est un apprentissage à vivre ensemble de tous les instants qui développe progressivement l’être de chacun en symbiose avec l’environnement naturel et social du village.

L’intimité des élèves et même celle du maître s’expriment dans ce vivre ensemble : l’instituteur évoque sa retraite prochaine. Nathalie se bat pour aller vers les autres et se confie. Olivier parle de son père malade, hospitalisé, les yeux plein d’émotions.

L’instituteur a le souci de ne pas piéger ses élèves, de ne pas les juger. C’est dans ce climat d’écoute et de confiance que s’immisce la caméra de de Nicolas Philibert et de sa petite équipe.

Preuve de cette immersion réussie, Julien accepte même de se faire filmer dans sa famille quand il fait ses devoirs, entouré de sa maman, de son grand-frère, de son père et de son grand-père. Nathalie aussi a accepté que l’on vienne chez elle quand elle fait ses devoirs ouvrant ainsi le voile sur son intériorité.

Ce film a été proposé en 2002 au festival de Canne, hors compétition. Le réalisateur a invité l’instituteur, les élèves et leurs parents à participer à la projection de ce qui est leur film puisqu’ils ont joué leur propre rôle.

L’école apprend à être et à avoir. Un apprentissage difficile, il s’inscrit dans le temps et exige, pour trouver sa place des efforts immenses pour se projeter dans le futur pour y imaginer un avenir.

De réforme en réforme de la scolarité, l’administration écarte les acteurs, professeurs et élèves, des repères essentiels pour être et avoir. Il est urgent de restituer la confiance dans les enseignants et dans les élèves.

Les références du film
ÊTRE ET AVOIR, de Nicolas PHILIBERT, sélection officielle CANNES 2002, édité par MAÏA FILM, distribué par France TELEVISION.

À VOIR ABSOLUMENT !!!

Share Button

Les commentaires sont clos.