J’UTILISE MES CAPACITÉS NATURELLES

Dans l’article précédent, nous abordions notre première responsabilité : créer les conditions de notre travail efficace. Aujourd’hui, nous allons explorer les ressources naturelles et les capacités qui les supportent.

Nos cinq sens sont des outils permettant de communiquer avec notre environnement, avec les autres, avec nous-même. En gérant bien notre sensorialité, nous pouvons augmenter nos résultats scolaires.

Ma mémoire visuelle
  • Je suis attentif à ce qui est écrit sur le tableau. Je prends des notes. 
  • Je clarifie mes cours pour qu'ils soient les plus visuels possible.
  • Je souligne les titres, toujours de la même couleur.
  • Les sous-titres, dans une couleur différente, mais toujours la même.
  • Je fais des fiches formules, des fiches de synthèse.
  • J’identifie ce que signifie chaque terme de la formule, je trace une flèche et en couleur je nomme la signification des termes et symboles.
  • J’identifie les unités dans lesquelles se traitent la formule.
Ma mémoire auditive
  • Je relis les cours à haute voix, en prononçant les mots, en ayant le souci de mâcher les mots, pour en découvrir le goût.
  • Si j’ai l’habitude d’ETUDIER EN MUSIQUE, je lis ceci attentivement :
    • les études le montrent, on mémorise moins bien avec des musiques avec paroles.
    • Lorsqu’une information de l’extérieur arrive par l’intermédiaire des cinq sens, elle est transportée jusqu’au cerveau sous forme de message nerveux. Chaque fois que le cerveau entend une voix humaine, il cherche à comprendre ce qui est dit. Donc, quand je travaille avec de la musique avec des paroles, une partie de mon cerveau travaille sur ce que je veux apprendre et une autre cherche à comprendre ce que dit le chanteur…
    • Le mieux est donc de travailler dans le silence. D’ailleurs certaines personnes ne peuvent travailler que dans un très grand silence…
    • Certaines recherches montrent qu’il existe des musiques qui aident le cerveau à apprendre. Il n’est pas question d’aimer ces musiques pour que ça marche.
    • Quelles sont les musiques que l’on dit favorables au cerveau ?…
      La musique classique, en particulier baroque. En clair : Bach, Mozart, Vivaldi, Haendel, Haydn… J’en as déjà entendu … je fais donc plaisir à mon cerveau.
    • Les musiques de type new age comme le chant des baleines marche également.
Ma mémoire kinesthésique
  • Je fais des pauses bouge-cul de 15 minutes toutes les 45 minutes pour relancer ma concentration. C’est le temps moyen de concentration longue durée d’un élève à partir de 13 ans.
    • Des symptômes indiquent quand ma concentration faiblit : j’ai le bout du nez froid, le lobe des oreilles aussi, les doigts sont engourdis (certaines personnes ont le bout des doigts blancs, l’impression de fourmis dans les pieds …) Cela s’accompagne de difficultés de compréhension (j’ai lu trois fois la leçon et je suis incapable de dire ce que j’ai lu).
    • Si je fais des pauses actives toutes les 45 minutes, ces signes ne se produiront pas.
  • Si rester assis est pour moi difficile, je marche dans ma chambre en relisant à haute voix le cours, je peux aussi créer un itinéraire d’étude dans lequel je change de pièce.
  • Les pauses actives sont physiques : marcher, courir, danser, jouer au ballon, …
  • La personne qui bouge privilégie son corps pour apprendre, quand on lui parle, elle travaille l’information avec ses muscles. L’individu kinesthésique vérifiera l’information à travers ses impressions en regardant la main avec laquelle il écrit.

Ma mémoire olfactive
  • C’est la mémoire conjuguée de l’odorat et du goût. S’ajoute à cette mémoire conjuguée, un 6ème sens trop souvent méconnu malgré le fait qu’il nous permette d’améliorer plusieurs aspects de nos mouvements en commençant par l’équilibre et les performances sportives. Voyons d’abord comment la proprioception fonctionne dans la vie de tous les jours. 
  • Chacun de nos sens a besoin de capteurs, certains sont logés dans le nez, la bouche et les oreilles.

  • Ceux de la proprioception sont situés dans les muscles, les tendons et les articulations. Appelés mécanorécepteurs, ils détectent le moindre changement dans la position de nos articulations ainsi que la vitesse de nos mouvements. Les renseignements ainsi recueillis sont acheminés au cerveau qui les analyse et, selon les besoins de la situation, réagit en contractant ou en relâchant certains muscles. Notons que le cerveau intègre les informations transmises par les mécanorécepteurs à celles des autres sens comme la vision.
  • Un vrai GPS

La proprioception nous est indispensable, notamment lors des déplacements ainsi que pour assurer la coordination de nos mouvements. Elle se compare à un GPS  qui nous permet de percevoir à chaque instant la position exacte de notre corps en 3 dimensions. Une bonne proprioception nous permet d’écrire lisiblement, de marcher en ligne droite, de danser en suivant le rythme de la musique et de bien performer lors d’une activité physique.

  • D’autres encore privilégient leur corps pour apprendre : ils ont besoin de toucher, de jouer avec ce qu’ils sont en train d’étudier pour que leurs muscles se souviennent de la sensation communiquée

Share Button

Les commentaires sont clos.