MON COMBAT

MON COMBAT

MON COMBAT

 

 

C’est le témoignage de Guillaume F qui, aujourd’hui, est étudiant en Promotion Sociale
où il apprend le métier d’éducateur. Il participait à nos rencontres hebdomadaires pendant
ses études secondaires. Il s’est beaucoup donné dans les Arts Martiaux.

Guillaume a une personnalité riche et sensible en quête du sens de sa vie. Il a beaucoup
lutté. C’est un gars bien. Je voudrais ici relayer, avec son accord, un témoignage qu’il
m’a adressé, sous le titre MON COMBAT.
Entrons dans la liberté de ses rimes.

 

 

MON COMBAT

La route est proche mes amis.
Elle est droit devant
Quand je raconte mon histoire.
Quand je pleure, ou quand je ris.
C’est toujours un combat

Quand je demande, à la vie, de me sourire,
A chaque fois, elle ne me répond rien…
Je ne peux pas, oui, je ne suis pas le créateur
Je me réfugie dans les lois pour pleurer.
Et je demande à la terre des réponses aux questions.
La terre me répond, encore une fois rien

Elle me dit juste de toucher le sol avec mes pieds.
Encore un fois, je me retrouve en face de moi-même.
Cela me dérange.

Je ressors les clochettes, ça me console…
Je repars au combat avec ça.
Je ne sais plus rien. Tu sais quoi ?
Je suis ce qu’on appelle un être humain

J’aimerais être populaire, j’aimerais me faire aimer…
Sur cette terre.

Quand les autres me regardent, je ne leur réponds pas.
Je ne suis qu’un homme comme les autres.
Je n’ai pas de réponse, et qu’est-ce qu’il me manque ?

Je joue avec les autres, pour quoi faire ? Je sais pourquoi :
Je cherche la vie, la vie des autres, j’aimerais être Dieu.
J’aimerais être le centre, le centre du monde.
Alors que c’est ma famille…

Je ne suis plus seul, je crois, je crois que je comprends.
Que ça faisait partie d’un long combat.
Quand je combats…
La flamme s’allume dans mes yeux.

Je brule en moi, j’ai peur et je suis dans la douleur.
J’ai la source en moi, je le sais.

Et quand je redoute, je reconsidère, je ressasse,…
La lutte continue le lendemain.
Tout seul, j’apprends ma vie.

Je suis une poussière au milieu des étoiles de l’infini.
J’apprends ma vie, je reprends mon souffle dans la misère.
Le souffle du chemin, c’est ça l’attitude du combat, du combat.

Quand je vois les autres qui m’attaquent, et qui se déchainent
Je suis indigné.

J’arriverai à me venger…
Je prends mon fusil et je m’envole.
La colère se déchaine.
J’arrive à peine à maitriser mon souffle.
Je suis en feu.
Le feu brulant me dévore jusqu’aux doigts de pieds
Il me couvre.
Je ne suis plus qu’un guerrier en flamme, avec mon fusil
Je recommence, à prier, pour que la douleur s’estompe
Je sais que je dois faire un choix entre le paradis ou l’enfer

Alors me revient l’espoir.
Je choisis, je choisis le paradis.
Je reprends courage, je reprends confiance.
Je reprends ma liberté.
Je suis un survivant d’une guerre.
Qu’on appelle la guerre du salut.

Mon combat est à terre,
Tandis que mon étoile est au ciel.
Il y a plus d’étoiles que d’hommes.
J’espère.

Je le sais, je suis banni sur la terre.
En regardant dans le ciel, je me rappelle…
Comme si c’était hier.

Hier j’étais,… au sommet de la gloire
Avec eux, dans la pensée
Dans le projet du sacré protégé
Pour me créer, moi.
Les archanges chantaient d’une seule voix.

Les batards me demandent…
Mais moi je reconnais en eux, la misère du combat.

Laisser un commentaire

2 × un =

Fermer le menu