Préparer ses examens de rattrapage : 7 idées fortes pour installer en famille une complicité de réussite

Préparer ses examens de rattrapage : 7 idées fortes pour installer en famille une complicité de réussite

Préparer ses examens de rattrapage : 7 idées fortes pour installer en famille une complicité de réussite

 

 

Une maman me disait dernièrement : Mes enfants n’ont pas réussi leur année scolaire. Je me demande ce que j’aurais dû faire pour qu’ils réussissent ?  Je lui ai répondu : Vous vous sentez coupable. Mais ce sont vos deux ados qui sont responsables.

Les examens de passage ne sont pas graves en soi. Le fait de rater l’année non plus. Il faut dédramatiser. Au contraire, l’échec est une belle occasion de comprendre pourquoi cela s’est passé ainsi afin de ne plus refaire les mêmes erreurs. Là, commence votre responsabilité de maman.

1. S’entendre sur le sens de la réussite 

Réussir, c’est parvenir à quelque chose, Aboutir à un résultat. Ce n’est pas être le premier au palmarès, C’est être capable d’aller au bout de ses choix et de mobiliser toutes ses capacités. Il s’agit d’être le meilleur par rapport à soi-même, et non pas par rapport aux autres.

2. Comprendre l’échec 

Pourquoi cela s’est-il produit ? C’est une belle occasion pour les ados de comprendre leurs erreurs afin de ne plus les reproduire. C’est le point de départ d’un changement de cap. La famille est le lieu de cette prise de conscience.

 3. Être responsable mais pas coupable

Mon fils ou ma fille a raté ses examens, c’est sa responsabilité, Je ne suis pas coupable. C’est la responsabilité de votre fille ou de votre fils qui est engagée. Sans doute, vos ados n’ont-ils rien vu venir. Ils étaient persuadés d’y arriver. La famille est le lieu de cette prise de conscience.

4. Ils semblent indifférents face à leur échec

Un père me confiait : J’ai le sentiment que mon fils Lucas s’en fiche !  Il a quatre examens, mais il s’en fiche. Dans l’échange que j’ai eu avec ce papa, j’ai tenté de lui faire comprendre que même si Lucas exprime de l’indifférence face à ses échecs, au fond, il le vit mal : c’est un moment de stress et de culpabilisation. C’est inutile d’en rajouter. Il est préférable de le soutenir en l’aidant à mettre des mots sur ce qu’il vit.  Il faut qu’il sache qu’il peut compter sur vous.

5. Bien sûr, vous n’êtes pas heureux des ratés de vos enfants

Mais, lui non plus. Parents ou adolescents, vous êtes déjà punis. Il convient d’en parler sereinement.  Concrètement, réussir ses examens c’est organiser son temps pour étudier et conserver une vie sociale, des moments de loisirs actifs, des rencontres … Tout interdire n’est pas une solution éclairée. La réussite des examens passe par des loisirs organisés. Bouger, respirer. S’aérer pour favoriser la concentration. C’est indispensable. Un dialogue avec les enfants est nécessaire en évitant de ressasser votre déception mais en ouvrant des pistes pour organiser sa vie quotidienne, peut-être en donnant un cadre ?

6. La vie quotidienne à la maison sera organisée

C’est une base solide pour faciliter le travail de votre jeune étudiant forcé à étudier en le responsabilisant.  Les heures du lever, les heures des repas, les heures du coucher sont des repères d’organisation essentiels. L’organisation de la famille l’aidera à maintenir ses efforts.

7. Se solidariser autour de l’étudiant en repêche

C’est une source de motivation qu’il n’accueillera pas nécessairement avec enthousiasme. Mais, il sait que vous êtes à ses côtés et il saura vous le rappeler.

Jean-Pierre Pirson

L’Asbl Repères propose le programme BLOQU’ON
Une formule d’accompagnement à la réussite des examens de passage ou d’entrée, en 10 rendez-vous de 1h30.
Où ? : Rue Lenclos, 150 à 6740 Etalle
Quand ? : Du lundi au samedi, du 16 juillet au 25 août

Informations pratiques

P.A.F. : 20 €/heure
+ 25 euros pour les documents remis pendant les rencontres

Pour s’inscrire :

Laisser un commentaire

20 − quatorze =

Fermer le menu