Skip to content

ÊTRE INTELLIGENT : le test du QI en questions

ÊTRE INTELLIGENT : le test du QI en questions

 

 

Ce qui me choque, c’est qu’il est toujours question de hiérarchie à propos de l’intelligence. Nous n’avons pas la même intelligence vous et moi, donc qui est le plus intelligent des deux ?

C’est Albert Jacquard, dans le livre qu’il a écrit avec Axel Kahn, L’avenir n’est pas encore écrit, Pocket n°11719, qui écrit ces mots et il continue :

Il ne faut pas répondre … on cherche à évaluer une différence et l’on passe instantanément à la hiérarchie … Pour BINET … l’intérêt de l’échelle résidait dans l’évaluation de l’âge mental d’un enfant, il n’est d’ailleurs pas lui-même l’inventeur du QI en tant que tel. La question n’était pas de trouver un coefficient, une valeur, mais de déterminer l’âge mental d’un enfant pour, le cas échéant, lui venir en aide sur le plan scolaire.

Ce qui est dramatique avec le QI aujourd’hui, c’est qu’il est utilisé comme mesure, aussi simplement qu’on pourrait mesurer votre taille : or, votre taille existe avant d’être mesurée. Au contraire, le QI n’a d’existence que par sa mesure. Il est aberrant de faire croire qu’une telle mesure correspond à une vérité objective et que les mots « Il a un QI de X » équivalent à « Il a le poids de X kg ». L’intelligence dont il est question, lorsque nous parlons de QI, se limite à celle que mesurent les tests.

Ces tests pourraient être différents, autrement dit, le QI n’est pas quelque chose qui serait en nous. Si, à l’âge de 5 ans, vous obtenez 95 points de QI, votre entourage pensera que vous êtes quelqu’un d’inférieur par nature (la moyenne est de100). Or, ce n’est pas du tout ce que disais BINET, il attirait l’attention des éducateurs en disant « Il y a un problème, il faut donc y veiller. »

Même si les résultats de vos enfants sont fragiles, même si votre adolescent(e) a l’impression de n’avoir que des points faibles, invitez-le invitez-la à rester plein de courage.

Tout est possible si l’élève n’est pas enfermé(e) dans une boite, déterminé(e), destiné(e), contraint(e) et forcé par l’image qu’il a de lui ou qu’elle a d’elle-même et aussi que les adultes ont d’eux.

Tout est possible, si je le veux !

Si vous souhaites davantage d’explication et d’outils, j’ai écrit un livre pédagogique en deux tomes Etudiant, mon premier métier, paru chez Labor Education en 2008. Le tome 1 est destiné aux jeunes de 11 à 14 ans et le second pour les jeunes de 15 à 18 ans.

Scroll To Top