LE JEU PEUT RENDRE LE MONDE MEILLEUR …

LE JEU PEUT RENDRE LE MONDE MEILLEUR …

 

 

Un ami m’a fait découvrir un site : www.ted.com Je suis allé sur ce site et j’ai découvert que les organisateurs proposent des rendez-vous publics pour les personnes qui veulent partager une idée, qui ont une expérience sur tout ce qui concerne leurs vies. Ces témoignages se déroulent dans une salle de spectacle, les intervenants se succèdent sur scène.

J’ai regardé la prestation de Jane McGonigal. Elle est conceptrice de jeux, depuis une dizaine d’années. Son but est de faire en sorte que ce soit aussi facile de sauver le monde dans le monde réel que dans les jeux en ligne.

Des jeux comme World of Warcraft donnent aux joueurs les moyens de sauver des mondes et des motivations pour apprendre les habitudes des héros. Que se passerait-il si nous pouvions utiliser la puissance des joueurs pour résoudre des problèmes du monde réel? Jane Mc Gonigal pense que c’est possible et nous explique comment faire.

Elle affirme qu’aujourd’hui nous passons trois milliards d’heures par semaine à jouer en ligne ! C’est beaucoup de temps sur des jeux. Peut-être trop si l’on considère le nombre de problèmes urgents à résoudre dans le monde réel ?

D’après ses recherches, la réalité est exactement à l’opposé. Trois milliards d’heure par semaine ne sont pas suffisants pour résoudre les problèmes les plus urgents dans le monde.

Au contraire, je crois que si nous voulons survivreencore cent ans sur terre,nous devons accroître ce nombre considérablement.J’ai calculé que le total nécessaireest de 21 milliards d’heures de jeu par semaine.C’est peut-être une idée contre-intuitive,je vais donc le redire, regardons cela de plus près.Si nous voulons résoudre des problèmes comme la famine,la pauvreté, le changement climatique, les conflits, l’obésité,je crois que nous devons viserà jouer en ligneau moins 21 milliards d’heures par semaine,d’ici dix ans. (Rires)

Jane pense que les jeux sont aussi essentiels pour la survie de l’espèce humaine. Elle montre un portrait pris par le photographe Phil Toledano.

Il voulait capturer l’émotion du joueur.Pour cela, il a placé un appareil photo devant des joueurs pendant qu’ils jouaient.Ceci est une émotion classique pour un joueur.Si vous n’êtes pas un joueur,vous pourriez passer à côté certaines nuances.Vous percevez peut-être le sens de l’urgence,un peu de peur, mais surtout une concentration intense,très, très intense pour résoudre un problème vraiment difficile.

Si vous êtes un joueur, vous remarquerezquelques nuances, le pli autour des yeux, et autour de la bouchequi est un signe d’optimisme.Les sourcils expriment la surprise.Voici un joueur sur le point de vivre ce qu’on appelleune victoire héroïque [epic win].(Rires)Vous en avez entendu parler. OK.Nous avons donc des joueurs parmi nous.

Une victoire héroïque est un résultatsi extraordinairement positifque vous n’avez même pas idée que c’était possible avant de l’atteindre.C’est presqu’au-delà des limites de l’imagination.Quand vous l’avez atteint, vous êtes choqué.

Malheureusement, nous voyons plus ce visagetous les jours lorsque nous faisons face aux problèmes urgents.C’est ce que j’appelle le visage « J’aime pas la vie ».

Dans le prochain article, nous répondrons à cette question : pourquoi sommes-nous meilleurs aux jeux que dans la vie ? C’est la question que Jane McGonigal a traitée dans son mémoire de doctorat à l’université de Berkley, en Californie.

Voici le lien pour accéder à cette vidéo.

http://www.ted.com/talks/jane_mcgonigal_gaming_can_make_a_better_world.html#89000

Je vous souhaite autant de plaisir et d’étonnement que moi à la lecture de cette vidéo.

A la semaine prochaine.